Fiche pratique : le cercle de parole

Cette fiche fait partie d'un ensemble d'outils pour aller vers la démocratie.

Le cercle de parole est une technique de discussion ancestrale, utilisée notamment par certaines tribus amérindiennes. Elle peut être utilisée pour des groupes de toutes tailles, toutefois la taille optimale est de 4 à 20 personnes. Son efficacité est remarquable, l'essayer c'est l'adopter !

Cette technique peut s'utiliser dans des contextes très divers ; ce document est centré sur les principes de bases et l'intérêt de la technique pour la conduite de réunions.

Procédure

Les participants sont assis en cercle.
La parole est matérialisée par un objet : le « bâton de parole ». Seule la personne qui a le bâton en main peut parler (elle peut aussi garder le silence pour réguler la discussion). Elle ne peut être interrompue. Les autres participants ont néanmoins la possibilité de manifester leur accord ou leur désaccord par des gestes conventionnels. Ils peuvent également demander à la personne qui parle d'abréger son intervention à l'aide d'un signe convenu.
Le bâton circule dans le cercle dans le sens des aiguilles d'une montre.

La discussion sur un point de l'ordre du jour ne s'arrête que lorsque plus personne n'a rien à ajouter sur le sujet. Il en va de même pour la fin de la réunion.
Plus précisément : lorsque la fin de la réunion (resp. le passage au point suivant) est proposée, on effectue encore au moins un tour complet du cercle pour permettre que ceux qui voudraient encore ajouter quelque chose puissent le faire. Le cercle n'est arrêté (resp. on ne passe au point suivant) que lorsqu'un tour complet à été effectué sans que plus personne ne prenne la parole.

Remarque : il est possible d'introduire certains aménagements pour améliorer la fluidité.
Par exemple celui qui a la parole peut donner temporairement la parole à une autre personne afin d'obtenir une réponse sur un point précis. La personne ainsi invitée à s'exprimer ne peut s'emparer de la parole pour effectuer un développement, elle doit se limiter à répondre à la question posée.
Inversement une personne peut signaler par un geste convenu à l'avance qu'elle désire intervenir immédiatement (notamment pour rectifier immédiatement une erreur ponctuelle commise par le locuteur, et ce afin d'éviter de prolonger un malentendu). Le locuteur peut ou non autoriser la personne à intervenir.
Une personne peut demander une suspension pour une raison technique à l'aide d'un geste prédéterminé.
Une personne souhaitant à un moment donné ne plus faire partie du cercle doit le signifier sans ambiguïté (s'éloigner physiquement).

Remarque : la communication dans le cercle sera grandement améliorée si l'on fait au préalable une « mise en condition » qui consistera en un exercice collectif (un rituel) destiné à établir une cohésion et une harmonisation. Exemples : une relaxation collective légère, un cercle d'énergie, une vocalisation, un hug (étreinte collective).

Utilisation pour la prise de décision collective par consensus

Il n'y a pas de vote. Une décision ne peut être adoptée que si la totalité des participants l'accepte. Une seule personne peut bloquer la décision. Il ne s'agit pas d'un droit de véto. En effet la personne qui bloque doit argumenter afin de convaincre les autres que c'est dans l'intérêt du groupe qu'elle bloque la décision.
Un blocage recevable oblige à continuer la négociation de façon à élaborer une nouvelle décision qui soit acceptable par tous : personne n'est lésé et tous l'acceptent et la soutiennent. La décision consensuelle engage tous les participants.

Remarque : aménagement possible : une personne peut indiquer qu'elle se met à l'écart ce qui signifie qu'elle ne bloquera pas la décision mais que la décision ne l'engagera pas.

Avantages et inconvénients de la méthode

Liste non exhaustive.

Avantages

Discussion collective informelle ou conduite de réunion classique

Cercle de parole

Les relations hiérarchiques ou différences de statuts pèsent sur le déroulement de la réunion. Elles peuvent conduire à une censure de la parole, un positionnement en fonction des enjeux de pouvoir ou la domination de la réunion par les individus de plus haut statut.

Ces différences de statut sont minimisées par le dispositif égalitaire du cercle. La parole ne peut être monopolisée par les individus de plus haut statut.

La prise de parole s'inscrit souvent dans un rapport de force (interruptions...)

La parole est donnée à chacun à tour de rôle

Les individus dominés ou timides (notamment les femmes) s'expriment moins que les autres.

Tout le monde peut s'exprimer. Les personnes qui ont du mal à trouver leurs mots ne s'exposent pas à être interrompues.

Des conversations parallèles peuvent s'établir, notamment lorsque le locuteur est un individu de bas statut.

Il n'est pas possible d'établir des conversations parallèles. Tout locuteur est nécessairement écouté.

L'écoute peut être perturbée par des conversations parallèles.

L'écoute n'est pas perturbée.

Des échanges à deux plus ou moins conflictuels peuvent se développer. Exemple : mise en accusation et justification ; confrontation de deux points de vues, chacun prétendant à la vérité ou cherchant à imposer son point de vue.

Ces échanges ne peuvent avoir lieu. La reprise de parole étant distantes d'un tour de cercle complet. Cela permet aux autres participants d'intervenir aussi et de réguler une situation potentiellement conflictuelle.

Ce qui est dit par un locuteur peut entrainer une réaction immédiate émotionnelle et irréfléchie de la part de contradicteurs. Ceci peut conduire au conflit ou à des malentendus (lorsque le locuteur est coupé avant d'avoir terminé son argumentation).

La personne qui souhaite répondre doit attendre son tour ce qui lui permet de se calmer et de réfléchir à ce qu'elle va dire.

Les échanges rapides ne permettent pas de réfléchir à tout ce qui est dit. La rapidité permet à des arguments fallacieux de passer inaperçus.

La lenteur relative de la procédure permet d'avoir le temps de réfléchir. La régulation par les silences permet d'accorder un temps supplémentaire de réflexion lorsque le besoin s'en fait sentir.

En cas de désaccord, la tension peut monter rapidement et conduire à une rupture.

La régulation par les silences permet de ramener le calme.

Pour qu'une réunion délicate se déroule de façon satisfaisante, il est nécessaire qu'elle soit animée par une personne très qualifiée.

La procédure assure le même résultat sans qu'il soit besoin d'avoir une personne très qualifiée. De plus la régulation de la réunion est assurée par l'ensemble des participants (égalité de statut par rapport à l'animation de la réunion).

La prise de décision appartient le plus souvent soit à la majorité soit aux personnes ayant le plus d'influence.

Les opinions minoritaires ne peuvent être ignorée (capacité de blocage). Les personnes plus influentes ont moins de possibilité d'orienter la discussion.

Les différences de statut augmentent la probabilité d'une prise de décision collective conformiste aux conséquence potentiellement catastrophique.

Les opinions non conformes et les mises en garde doivent être entendues (capacité de blocage).

Inconvénients

Problème

Solution possible

Le temps que la parole arrive à une personne, celle-ci peut avoir oublié ce qu'elle voulait dire ou répondre suite à une intervention d'un autre participant (ayant eu lieu longtemps avant).

Il est possible de prendre des notes pour s'en souvenir.

Le temps que la parole arrive à celui qui veut répondre ou poursuivre la discussion sur un point particulier, un autre participant peut avoir commencé à parler d'un autre sujet. Plusieurs discussions différentes peuvent alors s'intercaler.

Il peut être nécessaire d'établir (par consensus) un ordre du jour précis. Cela permet de ne pas commencer une discussion sur un autre point tant que la discussion n'est pas épuisée sur le point en cours. La régulation (recentrage de la discussion dans le point traité peut être effectué par l'un quelconque des participants).

Toutefois le problème ne peut être totalement éliminé. Prendre des notes peut aider à suivre plusieurs questions traitées simultanément.

La procédure est lente, elle doit être adaptée pour pouvoir servir à prendre des décisions urgentes. Dans ces cas elle s'avère utile pour éviter les décisions catastrophiques, en permettant que chacun puisse être écouté jusqu'au bout.

Limiter le nombre de tours de paroles, éventuellement accepter une décision basée sur une majorité qualifiée (à définir au préalable).

Conclusion

Le cercle de parole permet l'expression de la parole d'une façon plus égalitaire, il favorise l'écoute et la réflexion. Utilisé dans les processus de décision, il permet la prise en compte des opinions minoritaires.
Le cercle de parole est un outil nécessaire à la communication dans une organisation démocratique.

Nous vous encourageons à promouvoir cet outil dans toutes les discussions auxquelles vous participez : réunions professionnelles, formation, militantisme, réunions de famille... L'usage régulier de cet outil peut modifier profondément les rapports entre les gens.


Cette fiche peut être améliorée grâce à vos contributions : nous contacter.

Vers les fiches pratiques


Mouvement International pour une Ecologie Libidinale (M.I.E.L.) - www.ecologielibidinale.org - Dernière mise à jour le 10 février, 2012
copyleft paternité - non commercial - partage s/s conditions identiques, pour tous les textes de ce site (sauf mention contraire).