Nudité, naturisme et nudisme

Cette page est en cours d'élaboration.

L'historique : révisionnisme et pudibonderie

(référence : H.P.Duerr, Nudité et pudeur, le mythe du processus de civilisation)

La nudité est un tabou depuis la fin du Moyen-Age (XIIIème siècle, début de l'inquisition ?). Elle l'a été tout particulièrement au XIXème siècle (qui voit le triomphe de la pudibonderie bourgeoise). Mai 1968 n'a pas réussi à briser l'étau pudibond, à peine à le dessérer !
On oublie que pendant l'antiquité et le Moyen-Age, les gens vivaient souvent nus. (Ex : gymnastes grecs nus, guerriers gaulois nus, au Moyen-Age les gens qui se rendaient au bain public marchaient nus dans les rues, les gens se baignaient nus dans les rivières...). De même en matière d'art, les oeuvres érotiques, qui ont abondées de tout temps, sont éliminées des histoires de l'art et des musées. Il s'agit là d'un véritable révisionnisme.
A quand remonte l'invention du maillot de bain (le fait de devoir se baigner habillé) ?

Au début du XXème est apparu le mouvement dit "naturiste", avec des justifications hygiènistes (se soigner par l'exposition au soleil : héliothérapie). Naturellement toute sexualité en est bannie. Les normes prohibent même de se toucher quand on est nu.
Si bien que ce nudisme ne constitue en rien une libération du corps et de la sexualité. (Ce que Wilhelm Reich avait observé en Scandinavie dans les années 1930 et qui lui avait valu de solides haines / manifestations de la peste émotionnelle).

Il faut toutefois mettre à part l'éphemère mouvement naturiste libertaire qui voyait dans la dénudation un geste révolutionnaire (réf E.Armand + liens).

Naturisme ou nudisme ?

Aujourd'hui le nudisme se pratique de deux façons bien distinctintes :

- le nudisme encadré (institutionnel = en France il faut même payer une taxe à la fédération nationale pour pouvoir le pratiquer !) et légal, se pratique dans des camps entourés de hauts murs (où l'on paye pour s'y installer), à l'abri des regard du monde extérieur. (Cet enfermement est du à l'illégalité de la nudité mais favorise aussi le commerce.) Les comportements y sont très codifiés (normalisés) et toute manifestation sensuelle y est prohibée. Les adeptes se désignent par le terme de "naturistes", alors même qu'il n'y a chez eux rien de naturel (et surtout pas la pilosité qui se doit - pudibonderie oblige - d'être taillée au cordeau sinon totalement éliminée (de plus en plus). En effet épilation = vêtement symbolique (réf J.D. Urbain : Sur la plage).
Ils taxent de "nudistes" (termes péjoratif) ceux qui ne se conforment pas aux normes (les "voyeurs", etc.) et ceux qui pratiquent en dehors des camps.

Aux dernières nouvelles, la Fédération Française de Naturisme (FFN) semble évoluer : ainsi l'achat de la licence n'est plus obligatoire pour l'accès aux lieux naturistes et elle semble vouloir se rapprocher de l'APNEL sur les revendications de dépénalisation de la "nudité non sexuelle" (Cf. plus bas). L'univers pornographique du Cap d'Agde nécessite de la part des institutions naturistes un discours qui s'en démarque. Néanmoins, sans nuances, ce discours dissocie complètement nudité et sexualité. S'il peut se justifier face à des médias généralement incapables de faire saisir les nuances - et face à une administration frileuse - ce discours ajoute néanmoins de l'eau au moulin de ceux qui assimilent sexualité et pornographie : pudibonds (par idéologie) et porno-business (par intérêt financier).

- le nudisme "sauvage", s'est toujours pratiqué (il n'a pas attendu le mouvement "naturiste" pour exister). Il est illégal, donc nécessite de se cacher, de trouver des endroits isolés. Il ne s'embarasse de normes répressives. Ici chacun est libre de faire ce qu'il veut. Ce nudisme est évidemment beaucoup plus "naturel" que le nudisme parqué dans des camps.


Source de l'image http://www.fkk-museum.de/seite359.html

Légalité, intolérance et revendications

L'association pour la promotion du naturisme en liberté (APNEL) revendique le droit de vivre nu. Mais il s'agit d'une revendication restrictive car s'appuyant sur le fait de considérér la nudité comme non sexuelle. Une société véritablement libre doit accepter que les gens puissent se livrer à toute activité sexuelle (non violente) en tout lieu. Les enfants ne sont choqués par la sexualité qu'à partir du moment où ils ont intériorisé la répression sexuelle. Seuls les pudibons sont choqués : ils sont atteint de la peste émotionnelle, une pathologie à soigner. Faut-il restreindre des libertés fondamentales au prétexte que des malades prétendent qu'on leur manquerait de respect ? Dans ce cas les femmes devraient toutes sortir en Burqa car sinon elles manquent de respect aux intégristes. Et il devrait être interdit de se toucher en public (c'est du reste le cas - par exemple - au Maroc : un homme et une femme ne peuvent se promener main dans la main - à moins de produire un certificat de mariage au policier qui ne manquera pas de les interpeller !). Lire sur Wikipedia "public display of affection"; "public nudity"; "public indecency".

Lire la rubrique "Pudibonderie et moralisme" sur le blog du numaniste.

La loi : le nouveau code pénal (date 1993 ?) abandonne le concept de "outrage à la pudeur" au profit de "exhibition sexuelle" (article 222-32 (lien légifrance)). Et toute nudité est toujours considérée comme telle ! (une circulaire précise néanmoins de ne pas appliquer l'article dans les lieux où la nudité est explicitement autorisée (c'est à dire les lieux naturistes, pour la plupart commerciaux - cf. plus haut "nudisme encadré"). (Plus de précisions sur le site juridique naturisme et droit) En définitive, la nudité n'est tolérée que dans la mesure ou elle s'inscrit dans un rapport marchand, permettant de générer du profit.
Cette transformation des textes de loi masque en fait une régression inquiétante : la loi ne se défini plus explicitement par rapport à des normes sociales (la pudeur) mais elle pathologise la déviance : en effet le concept "d'exhibition" réfère à une perversion sexuelle. Remarque : s'embrasser sur la bouche en public, n'est-ce pas une "exhibition sexuelle" ? Attention à vous les amoureux...

Autre exemple où le mot "respect" vient masquer l'intolérance (voir la langue du l'idéologie néo-libérale : la LQR) :
Il est courant chez nous d'entendre (ou de lire sur des forums) des hommes se plaindre des femmes qui sont seins nus à la plage lorsque ces seins ne correspondent pas aux normes de beauté en vigueur. Ces femmes leur manquerait de respect en leur imposant la vue de leur seins "moches". C'est là une attitude intolérante et discriminatoire : est-ce aux voyeurs de décider qui a la liberté de vivre nu ?
De plus il existe une discrimination sexiste : là où les hommes peuvent se montrer torse nu, il est rare que les femmes le puisse (ex : les piscines). En Amérique du Nord et en Scandinavie notamment existent des associations féministes qui luttent contre cette discrimination (par exemple : www.tera.ca + Wikipedia "Topfreedom"). En France aussi, une organisation féministe, les "TumulTueuses" organise des actions dans les piscines pour revendiquer l'égalité de traitement homme-femme (torse nu).
Certains états ou municipalité ont reconnu le droit d'être torse nu en public (Ontario (?), Barcelone - où un projet d'arrété municipal anti-nudité va être examiné en mars 2011)

Quelques liens

simplement naturelle
(cliquer pour agrandir)
© vivonsnus.com

La discussion concernant le naturisme et l'épilation sur notre forum.

Le nudisme illustré, par Julien Wolga (sur son blog).

Un site qui promeut un naturisme authentique : www.vivonsnus.com

Le blog du numaniste : liberté contre pudibonderie : numaniste.over-blog.com

Un autre blog sur la philosophie du naturisme : Association Naturiste Européenne pour la Plénitude de la Vie

Le site Naturisme et anarchisme explore une des sources du naturisme.

 


Mouvement International pour une Ecologie Libidinale (M.I.E.L.) - www.ecologielibidinale.org - Dernière mise à jour le 16 septembre, 2016
copyleft paternité - non commercial - partage s/s conditions identiques, pour tous les textes de ce site (sauf mention contraire).